Dunkerque - Hôpital Saint-Julien

Hôpital Saint-Julien de Dunkerque

Historique
En 1691, les magistrats de Dunkerque souhaitèrent réformer l'assistance aux pauvres et décidèrent la création d'un nouvel hôpital. Celui-ci prit d'abord place dans une grande maison de plusieurs chambres et salles ; l'hôpital n'accueillait alors que des enfants pauvres. En 1702-1703, une aile fut rajoutée, rue Royer, ainsi qu'une maison de correction dite Raspuys ; une seconde aile fut élevée en 1712.L'hôpital pour enfants devint hôpital général à partir de 1733, pour recevoir les malades, les pauvres et les « enfermés » des deux sexes. Les lettres patentes de Louis XV consacrant ce nouvel hôpital général furent délivrées le 22 juillet 1737. Le terrain fut débarrassé de l'aile construite en 1702 pour élever un nouveau bâtiment dont la pose de la première pierre se déroula le 26 mars 1734. D'autres ailes furent bâties selon les plans de Cornil François Delobel, architecte à Lille. Certains de ces bâtiments furent reconstruits en 1840 par l'architecte François Napoléon Develle.Mais en 1896, le nouvel hôpital de Dunkerque est achevé à Rosendaël condamnant l'hôpital Saint-Julien à la destruction. La démolition, commencée en 1902, devint générale en 1909-1910. Sur le site, s'édifieront l' hôtel des postes et le collège de jeunes filles Lamartine.

Architecture
L'hôpital s'insérait dans un rectangle d'une surface de 4000m²; les bâtiments étaient disposés autour d'une cour centrale. Les pensionnaires des deux sexes devaient être théoriquement séparés. Les fenêtres étaient grillagées ou garnies de barreaux de fer. Une chapelle fut bénie en 1736. A l'intérieur de l'hôpital, existaient deux ouvroirs pour le travail du coton et de la toile de lin, ainsi que des corderies dans des bâtiments annexes, pour faire travailler les pensionnaires.

Bibliographie
A. Thoor-Colinon, Assistance et pauvreté à Dunkerque (1691-1797). Le nouvel hôpital Saint-Julien. L'hôpital général de la Charité, mémoire, 1985, 244 p.

Photographie : Hôpital général vers 1895. Au premier plan, une maison acquise en 1694 et à droite, l'aile élevée en 1734-1735.