Lille - Hôpital militaire Saint-Louis

Hôpital militaire Saint-Louis de Lille

Dès 1646, le cardinal Mazarin décrétait « l'acquisition des Pays-Bas espagnols formerait à la ville de Paris un boulevard inexpugnable ».
Louis XIV sensible à de tels propos va chercher à éloigner de Paris la frontière septentrionale de la France. Il va alors utiliser à son avantage un droit privé du Brabant dit de dévolution en réclamant les Pays-Bas au nom de son épouse Marie-Thérèse sous prétexte que, selon la coutume locale de ces pays, la totalité d'un héritage était dévolue aux enfants d'un premier lit (Marie-Thérèse était la fille d'un premier mariage de Philippe IV d'Espagne)

En juin 1667, Turenne va envahir la Flandre sans rencontrer une grande résistance. Lille, quant à elle, résiste 17 jours mais dans la nuit du 27 au 28 août la capitulation est signée. Lille est devenue pour un temps française.

Dès sa conquête le roi va ordonner la construction d'une forteresse.

À cette époque les blessés militaires étaient admis dans les hôpitaux Saint-Sauveur et Comtesse mais aussi dans certaines communautés religieuses et aussi chez les particuliers.

Louvois comme Louis XIV vont souhaiter des hôpitaux militaires proches des champs de bataille. C'est la raison pour laquelle en 1773 il est construit un hôpital qui, dédié au roi, s'appellera Saint-Louis. Cet hôpital sera situé près de la rue des malades et du jardin des canonniers, ces derniers résidant rue Malpart.

En 1684, il existait déjà un projet de reconstruction de l'édifice mais la ville refusa de l'entretenir. En 1685, Simon Vollant y construira une chapelle.

L'agrandissement de l'hôpital date de 1688.

En 1693, le personnel médical comprend un médecin-major, un pharmacien-apothicaire et un infirmier.
En 1730, le grenier est aménagé et la capacité de l'hôpital passe à 300, voire 400 lits à deux places.
Après cette date l'hospitalisation des blessés se complique et bon nombre seront admis aux bleuets.
En 1781 par lettre patente Louis XVI ordonne l'occupation du collège des Jésuites, près du Palais Rihour, pour le transformer en hôpital militaire.

Après cette date on retrouvera certains hospitalisés à Saint-Louis dont les locaux seront enclavés lors de l'agrandissement de la caserne Vandamme (1849).

En 1898, l'Hôpital Saint-Louis disparaitra au cours d'un incendie de la caserne.

Article de Dr Pierre Herlemont, 2016.