Lille - Hôpital de la Charité

Hôpital de la Charité de Lille

Historique
L'état sanitaire préoccupant de Lille et l'encombrement des hôpitaux existants entraîna la décision, prise le 29 janvier 1859, de créer un nouvel établissement. Situé à la périphérie sud-ouest de Lille, il fut dessiné par l'architecte hospitalier lillois Auguste Mourcou, auteur de l'hôpital psychiatrique de Bailleul. Les plans furent approuvés le 17 mars 1866. Sa construction commença le 15 août de la même année et s'acheva en 1873 ; néanmoins, il ne fut ouvert qu'en 1876. Selon les règles d'hygiénisme en vigueur au 19ème siècle, les bâtiments d'hospitalisation étaient partagés en pavillons spécialisés selon les soins.
De 1958 à 1991, l'hôpital fut progressivement désaffecté et transformé en lycée par l'architecte Mitrofanoff. Dans son environnement immédiat, existent encore les bâtiments d'une " maison de santé " et d'un pavillon de cure pour tuberculeux.

Architecture
L'hôpital de la Charité adopte la forme d'un quadrilatère dessiné par la façade sur rue (129 mètres de long), deux corps de bâtiment perpendiculaires et une aile d'un seul niveau en retour. Quatre pavillons en ressaut marquent les angles. Deux galeries de communication, perpendiculaires à la façade, divisent le quadrilatère en trois zones : deux zones latérales compartimentées par deux galeries transversales et aménagées en jardins ; au centre, la cour d'honneur prolongée par une cour de service en contrebas. La chapelle, implantée à cheval sur ces deux cours, occupe une place centrale.
Les corps de bâtiments sont en brique et en pierre créant un jeu de polychromie auquel s'associe l'ardoise des toitures. Dans les pavillons en ressaut, Mourcou emploie aussi le grès. Les bâtiments sont dotés de hautes cheminées, d'oculi ou d'imposantes fenêtres-lucarnes à fronton triangulaire.
Le décor repose sur la polychromie, les différents appareils de pierre, les frises d'oves ou de perles, les rosaces, les emblèmes impériaux.
La porte d'entrée est une arche monumentale percée par un portail flanqué de pilastres bagués et surmonté d'un édicule abritant une statue de la Charité, œuvre de Félix Huidiez, auteur des frontons de la préfecture de Lille.

Bibliographie

  • Agnès DURANDE, Auguste Mourcou et l'hôpital de la Charité de Lille (1866-1873) : un palais pour la santé, mémoire, 1991, 424 p.
  • Agnès DURANDE, L'hôpital de la Charité à Lille : le thème du château, Revue du Nord, Université de Lille, tome LXXIV, n° 297-298, juillet-décembre 1992, pp. 559-576.

Photographie : L'ancien Hôpital de la Charité, devenu le Lycée Montebello